fbpx

Qu’est-ce que la COP26 ?

Du 31 octobre au 12 novembre 2021, le sommet COP26 réunira à Glasgow de nombreux Etats pour accélérer les actions permettant de répondre aux objectifs de l’accord de Paris et ceux des Nations unies en matière de changement climatique. Beaucoup pensent que cet événement est la dernière chance pour éviter que le changement climatique soit irréversible pour notre planète.

COP signifie “Conférence des Parties” et ces conférences ont lieu depuis près de trois décennies. Cette année se tient le 26e sommet annuel.  Depuis la création de ce sommet, la crise climatique est passée du stade de la conscience générale à celui de priorité mondiale.

Pourquoi est-elle si importante ?

Les contributions déterminées au niveau national, ou CDN, définies dans l’accord de Paris en 2015 ne sont plus suffisantes pour prévenir un avenir potentiellement désastreux. Environ 25 000 personnes sont attendues à la conférence de cette année afin de réviser les objectifs convenus en 2015.

Les quatre objectifs clés sont les suivants :

  1. Garantir le zéro-émission à l’échelle de la planète d’ici le milieu du siècle et maintenir un objectif de réchauffement de 1,5 degré maximum. Il s’agit de réduire radicalement les émissions mondiales et d’empêcher une augmentation de la température mondiale supérieure à 1,5 degré.
  2. S’adapter pour protéger les communautés et les habitats naturels en préservant et en restaurant les écosystèmes.
  3. Débloquer les financements nécessaires chez les pays développés, engagés à lever au moins 100 milliards de dollars pour le climat.
  4. Travailler collectivement pour y parvenir. La collaboration est le seul moyen de changer les choses.

Que faisons-nous concrètement ?

Chez QUINOLA, nous apprécions particulièrement le deuxième et le quatrième objectif. Nous travaillons avec la société Pur Project pour aider à compenser nos émissions générées par le transport maritime de nos produits. Cette société comprend non seulement l’importance de planter des arbres pour contrer les déforestations, mais aussi que la prévention des déforestations reste une action essentielle et une solution durable.

Carbone

La protection des arbres existants, qui ont atteint leur pleine maturité et qui peuvent contribuer à éliminer le CO2 de l’atmosphère, a un impact plus important à court terme que la plantation de nouveaux arbres – même si cela reste une action salutaire. Actuellement, “l’abattage des arbres représente déjà 18 % des émissions mondiales” (p.89, Berners-Lee). La protection de nos écosystèmes existants est l’un des principaux objectifs de la COP26. Chez QUINOLA, nous voulons faire de notre mieux pour y contribuer. Depuis son lancement, le projet de reforestation que nous cofinançons à Jubilación Segura au Pérou a permis de planter et de faire pousser 1 624 492 arbres et de protéger les forêts existantes dans la région. Le prochain contrôle de cette opération aura lieu en 2024, quand les crédits correspondant aux émissions de Quinola seront reconnus. Chez Quinola, nous comprenons que de petits changements individuels peuvent avoir un impact global. En c’est bien comme ça que nous pouvons contribuer à faire la différence.

Tout d’abord, le quinoa, en tant que produit alimentaire de base, a une émission de carbone beaucoup plus faible que son homologue, le riz. L’impact moyen d’un kilo de quinoa est d’environ 1,48 kg de CO2. Selon Mike Berners-Lee, auteur de How Bad are Bananas ? The Carbon Footprint of Everything, le riz produit de façon efficace génère environ 2,5 kg de CO2. La production moyenne de riz est d’environ 4 kg et la production peu efficace avec utilisation excessive d’engrais génère environ 6,1 kg. Même en comparaison avec le riz le plus efficacement produit, le quinoa génère près de 50 % d’émissions en moins que le riz.

Bio

Notre quinoa est produit de manière organique. Ce qui signifie qu’aucun produit chimique ou engrais nocif n’est utilisé dans la production de nos graines. Les agriculteurs avec lesquels nous travaillons n’utilisent aucun pesticide et pratiquent l’agriculture sèche pour préserver les ressources en eau, si précieuses. Ils pratiquent également la rotation des cultures pour permettre à la terre de se régénérer après la récolte.

Plastique

Le dernier point que nous aimerions aborder est le plastique. Nous savons que ce n’est pas idéal d’utiliser du plastique pour nos sachets, alors nous nous engageons au quotidien pour changer les choses à notre échelle et faire évoluer nos pratiques. Et nous sommes toujours à la recherche de meilleures solutions ! Nous avons choisi d’utiliser du plastique pour nos packaging car l’impact carbone d’un sachet en plastique est bien moindre que celui du verre. C’est également l’un des meilleurs moyens de conserver les aliments pour leur donner la durée de vie requise et éviter le gaspillage alimentaire. Pour compenser notre utilisation du plastique, nous veillons à ce que chaque sachet que nous utilisons soit compensé par un programme de recyclage et de gestion des déchets géré par RePurpose Global. Tous nos produits sont certifiés comme plastiquement neutres, et le travail de RePurpose contribue à l’autonomisation des travailleurs du secteur des déchets en Inde, en leur donnant accès aux équipements d’hygiène nécessaires et en leur offrant une meilleure qualité de vie grâce à des revenus stables.

 

Sources:

Berners-Lee, Mike. How Bad Are Bananas? The Carbon Footprint of Everything. United Kingdom, Profile, 2020.

https://www.theguardian.com/environment/2021/oct/11/what-is-cop26-and-why-does-it-matter-the-complete-guide

https://ukcop26.org/cop26-goals/

https://ukcop26.org/uk-presidency/what-is-a-cop/

https://ecochain.com/knowledge/the-environmental-impact-of-quinoa-and-how-we-calculated-it/

 

 

Ce site web utilise des cookies. Plus de détails sur Politique de cookies
Accepter et fermer